Profitez de 50 € offerts* sur nos offres électricité verte avec le code 50BIENVENUE ! Cliquez sur ce bandeau pour en profiter

Énergie marine : les différents types d'énergies marines

À l’heure de la transition énergétique, les énergies renouvelables deviennent de plus en plus incontournables. Parmi, elles, l’énergie marine. Avec ses diverses solutions existantes (hydrolienne, marémotrice…), l’énergie de la mer présente de nombreux avantages et dispose d’un potentiel immense pour le territoire français. Alterna énergie vous propose un petit tour d’horizon pour découvrir ce sujet.

L’énergie marine : de quoi s’agit-il ?

Comme vous le savez peut-être, l’eau représente plus de 70 % de la surface de notre planète. C’est beaucoup, oui. Et, contrairement à ce que dit le dicton, l’eau ne dort jamais. En effet, les mers et les océans produisent différents mouvements, tels que les marées, les courants, les vagues ou la houle. Or, on le sait, partout où il y a du mouvement, il y a généralement de l’énergie. Et là, nous avons donc affaire à l’énergie de l’eau.

L’énergie marine englobe justement toutes les solutions qui permettent de produire de l’énergie par le biais des mouvements de la mer. On distingue notamment :

  • L’énergie hydrolienne produite grâce aux courants marins ;  
  • L’énergie marémotrice qui profite du flux et des reflux des marées ;  
  • L’énergie houlomotrice permise grâce à la houle (le mouvement ou le vent produit par les vagues) ;  
  • L’énergie thermique des mers qui implique un écart de température important entre l’eau en surface et celle en profondeur (à ce titre, il s’agit d’une technique plutôt adaptée pour les départements d’outre-mer).  

Si toutes constituent des énergies intéressantes, il convient de préciser qu’à l’heure actuelle, les deux solutions les plus développées concrètement sont l’énergie hydrolienne et l’énergie marémotrice. C’est pour cette raison que nous allons maintenant nous intéresser principalement à ces deux méthodes dans la suite de cet article.

L’énergie marine : c’est une découverte récente ?  

Et bien… pas du tout. En Europe, on trouve des moulins à marée qui ont fait leur apparition au Moyen Âge dans plusieurs pays d’Europe (Écosse, Angleterre, Pays-Bas… et en France également). Sur le territoire français, on peut d’ailleurs toujours voir des moulins à marée en Bretagne : le moulin du Prat, le moulin à marée de Pen Castel ou encore celui du Birlot, sur l’île de Bréhat. En fait, il est tout à fait possible que l’énergie marine ait été découverte encore bien avec cela. Le premier moulin de ce type aurait été employé en Angleterre, dès l’Antiquité (pour vous dire comme elle n’est pas née de la dernière pluie).  

L’énergie marémotrice

L’énergie marémotrice reprend en fait, plus ou moins, le principe des moulins à marées. En effet, dans une usine marémotrice, on se sert des mouvements de la marée pour actionner des turbines qui génèrent de l’électricité. Ces usines sont construites comme des barrages et sont situées dans des estuaires que l’eau traverse dans les deux sens. Lorsque la marée monte, l’eau passe par les turbines et elle y repense lorsqu’elle descend.

Les avantages et les inconvénients de l’énergie marémotrice

Les avantages de l’énergie marémotrice

  • Il s’agit d’une énergie propre qui n’émet aucun gaz à effet de serre.
  • Sa production est silencieuse et n’implique alors aucune nuisance sonore.
  • Elle est prévisible : on sait avec précision les horaires et l’intensité des marées. On sait donc à l’avance le niveau d’électricité qu’elle peut produire.  
  • Les installations qu’elle nécessite sont faciles à entretenir.  

Les inconvénients de l’énergie marémotrice

  • L’énergie marémotrice peut représenter un risque pour les espèces locales, qu’elles soient végétales ou animales.
  • Elle entraîne des constructions importantes qui peuvent avoir un impact visuel.
  • Comme il s’agit d’une énergie encore “alternative”, le coût de l’électricité produite est assez conséquent.

L’énergie hydrolienne

Pour expliquer simplement le fondement de l’énergie hydrolienne, on peut la comparer à une sorte d’éolienne sous-marine. En effet, elle est composée d’une hélice qui produit de l’électricité grâce aux courants marins. Ces derniers se concentrent à proximité des côtes : plus ce courant est fort et plus c’est bénéfique pour notre installation hydrolienne.

Les avantages et les inconvénients de l’énergie hydrolienne

Les avantages de l’énergie hydrolienne

  • La production d’électricité hydrolienne ne pollue pas et offre une électricité propre.
  • Les courants marins étant réguliers et prévisibles, il est possible d’avoir une estimation précise du niveau de production électrique que l’installation peut générer.  
  • Parce que la plupart des dispositifs sont installés sous l’eau, la nuisance visuelle est moins importante que pour les éoliennes.

Les inconvénients de l’énergie hydrolienne

  • L’installation des hélices en bord de côte peut perturber le développement des végétations sous-marines et troubler la faune et les activités de pêche.
  • Elle implique un entretien régulier pour limiter les éventuels blocages des hélices, provoqués par le sable et les algues.

La France et son littoral : un potentiel important pour l’énergie marine

Dans le cadre du Pacte vert pour l’Europe, la France s’est fixé l’objectif d’atteindre 40 % d’énergie renouvelable à l’horizon 2030. Pour y parvenir, l’État soutient le développement de l’énergie marine, notamment sur la recherche.

Actuellement, la France compte plusieurs projets d’énergie marine notables. Parmi lesquels celui de l’usine marémotrice de la Rance (située dans le nord de la Bretagne) qui permet de produire une électricité qui équivaut à celle d’une consommation comme la ville de Rennes (225 000 habitants)1.

Avec plus de 7 000 kilomètres de côtes, dont 1 500 outre-mer, l’énergie marine constitue un immense potentiel pour la France2. Néanmoins, toutes nos côtes ne permettent pas de développer les énergies marines renouvelables.  

  • En effet, pour l’énergie marémotrice, ce sont les côtes de la Manche, la Gironde, les Landes et les Pyrénées-Atlantiques qui offrent le plus de possibilités. Pourquoi ces régions précisément ? Parce que c’est ici qu’ont lieu les marées les coefficients les plus importants.  
  • Pour ce qui est de l’énergie hydrolienne, c’est à la pointe de la Bretagne et (toujours) dans la Manche que le potentiel est le plus notable. C’est ici que le courant marin est le plus fort.  

En tout, ces ressources pourraient représenter 2 000 à 3 000 MW (Mégawatt)3. Pour vous donner une idée de ce que cela représente, sachez que c’est l’équivalent d’une ou deux fois la production électrique d’un réacteur nucléaire moderne. Avec les énergies marines, les possibilités sont donc énormes. De nombreux projets de déploiement sont d’ailleurs en cours en France.

1 EDF - L’usine marémotrice de la Rance.

2 Ministère de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités - Aménager et préserver le littoral.

3 Ministère de la Transition écologique - Énergies marines renouvelables.

À l’heure de la transition énergétique, les énergies renouvelables deviennent de plus en plus incontournables. Parmi, elles, l’énergie marine. Avec ses diverses solutions existantes (hydrolienne, marémotrice…), l’énergie de la mer présente de nombreux avantages et dispose d’un potentiel immense pour le territoire français. Alterna énergie vous propose un petit tour d’horizon pour découvrir ce sujet.

L’énergie marine : de quoi s’agit-il ?

Comme vous le savez peut-être, l’eau représente plus de 70 % de la surface de notre planète. C’est beaucoup, oui. Et, contrairement à ce que dit le dicton, l’eau ne dort jamais. En effet, les mers et les océans produisent différents mouvements, tels que les marées, les courants, les vagues ou la houle. Or, on le sait, partout où il y a du mouvement, il y a généralement de l’énergie. Et là, nous avons donc affaire à l’énergie de l’eau.

L’énergie marine englobe justement toutes les solutions qui permettent de produire de l’énergie par le biais des mouvements de la mer. On distingue notamment :

  • L’énergie hydrolienne produite grâce aux courants marins ;  
  • L’énergie marémotrice qui profite du flux et des reflux des marées ;  
  • L’énergie houlomotrice permise grâce à la houle (le mouvement ou le vent produit par les vagues) ;  
  • L’énergie thermique des mers qui implique un écart de température important entre l’eau en surface et celle en profondeur (à ce titre, il s’agit d’une technique plutôt adaptée pour les départements d’outre-mer).  

Si toutes constituent des énergies intéressantes, il convient de préciser qu’à l’heure actuelle, les deux solutions les plus développées concrètement sont l’énergie hydrolienne et l’énergie marémotrice. C’est pour cette raison que nous allons maintenant nous intéresser principalement à ces deux méthodes dans la suite de cet article.

L’énergie marine : c’est une découverte récente ?  

Et bien… pas du tout. En Europe, on trouve des moulins à marée qui ont fait leur apparition au Moyen Âge dans plusieurs pays d’Europe (Écosse, Angleterre, Pays-Bas… et en France également). Sur le territoire français, on peut d’ailleurs toujours voir des moulins à marée en Bretagne : le moulin du Prat, le moulin à marée de Pen Castel ou encore celui du Birlot, sur l’île de Bréhat. En fait, il est tout à fait possible que l’énergie marine ait été découverte encore bien avec cela. Le premier moulin de ce type aurait été employé en Angleterre, dès l’Antiquité (pour vous dire comme elle n’est pas née de la dernière pluie).  

L’énergie marémotrice

L’énergie marémotrice reprend en fait, plus ou moins, le principe des moulins à marées. En effet, dans une usine marémotrice, on se sert des mouvements de la marée pour actionner des turbines qui génèrent de l’électricité. Ces usines sont construites comme des barrages et sont situées dans des estuaires que l’eau traverse dans les deux sens. Lorsque la marée monte, l’eau passe par les turbines et elle y repense lorsqu’elle descend.

Les avantages et les inconvénients de l’énergie marémotrice

Les avantages de l’énergie marémotrice

  • Il s’agit d’une énergie propre qui n’émet aucun gaz à effet de serre.
  • Sa production est silencieuse et n’implique alors aucune nuisance sonore.
  • Elle est prévisible : on sait avec précision les horaires et l’intensité des marées. On sait donc à l’avance le niveau d’électricité qu’elle peut produire.  
  • Les installations qu’elle nécessite sont faciles à entretenir.  

Les inconvénients de l’énergie marémotrice

  • L’énergie marémotrice peut représenter un risque pour les espèces locales, qu’elles soient végétales ou animales.
  • Elle entraîne des constructions importantes qui peuvent avoir un impact visuel.
  • Comme il s’agit d’une énergie encore “alternative”, le coût de l’électricité produite est assez conséquent.

L’énergie hydrolienne

Pour expliquer simplement le fondement de l’énergie hydrolienne, on peut la comparer à une sorte d’éolienne sous-marine. En effet, elle est composée d’une hélice qui produit de l’électricité grâce aux courants marins. Ces derniers se concentrent à proximité des côtes : plus ce courant est fort et plus c’est bénéfique pour notre installation hydrolienne.

Les avantages et les inconvénients de l’énergie hydrolienne

Les avantages de l’énergie hydrolienne

  • La production d’électricité hydrolienne ne pollue pas et offre une électricité propre.
  • Les courants marins étant réguliers et prévisibles, il est possible d’avoir une estimation précise du niveau de production électrique que l’installation peut générer.  
  • Parce que la plupart des dispositifs sont installés sous l’eau, la nuisance visuelle est moins importante que pour les éoliennes.

Les inconvénients de l’énergie hydrolienne

  • L’installation des hélices en bord de côte peut perturber le développement des végétations sous-marines et troubler la faune et les activités de pêche.
  • Elle implique un entretien régulier pour limiter les éventuels blocages des hélices, provoqués par le sable et les algues.

La France et son littoral : un potentiel important pour l’énergie marine

Dans le cadre du Pacte vert pour l’Europe, la France s’est fixé l’objectif d’atteindre 40 % d’énergie renouvelable à l’horizon 2030. Pour y parvenir, l’État soutient le développement de l’énergie marine, notamment sur la recherche.

Actuellement, la France compte plusieurs projets d’énergie marine notables. Parmi lesquels celui de l’usine marémotrice de la Rance (située dans le nord de la Bretagne) qui permet de produire une électricité qui équivaut à celle d’une consommation comme la ville de Rennes (225 000 habitants)1.

Avec plus de 7 000 kilomètres de côtes, dont 1 500 outre-mer, l’énergie marine constitue un immense potentiel pour la France2. Néanmoins, toutes nos côtes ne permettent pas de développer les énergies marines renouvelables.  

  • En effet, pour l’énergie marémotrice, ce sont les côtes de la Manche, la Gironde, les Landes et les Pyrénées-Atlantiques qui offrent le plus de possibilités. Pourquoi ces régions précisément ? Parce que c’est ici qu’ont lieu les marées les coefficients les plus importants.  
  • Pour ce qui est de l’énergie hydrolienne, c’est à la pointe de la Bretagne et (toujours) dans la Manche que le potentiel est le plus notable. C’est ici que le courant marin est le plus fort.  

En tout, ces ressources pourraient représenter 2 000 à 3 000 MW (Mégawatt)3. Pour vous donner une idée de ce que cela représente, sachez que c’est l’équivalent d’une ou deux fois la production électrique d’un réacteur nucléaire moderne. Avec les énergies marines, les possibilités sont donc énormes. De nombreux projets de déploiement sont d’ailleurs en cours en France.

1 EDF - L’usine marémotrice de la Rance.

2 Ministère de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités - Aménager et préserver le littoral.

3 Ministère de la Transition écologique - Énergies marines renouvelables.

Articles récents

Voir tous les articles