HomeBlog RésidentsSobriété énergétique et économies d'énergieParlons carbone

Label bas carbone agriculture : de quoi s'agit-il ?

Mis en place par l’État, le Label bas-carbone est un outil de certification dédié aux projets de compensation carbone. Destiné à de nombreux secteurs, il s’intéresse tout particulièrement à l’agriculture, qui a un rôle important à jouer dans la stratégie de décarbonation de la France. Alterna énergie vous explique tout ce qu’il faut savoir sur le Label bas-carbone dans le secteur agricole.

Qu’est-ce que le Label bas-carbone ?

Le Label bas-carbone est un outil de certification dédié aux projets de réduction d’émissions de gaz à effet de serre ou de séquestration carbone. Instauré par l’État en 2018, ce standard vise à soutenir sa Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC), qui constitue une feuille de route pour l’atteinte de la neutralité carbone en 2050. Ainsi, la SNBC et le Label bas-carbone apparaissent comme des leviers dans la lutte contre le dérèglement climatique.

Label bas-carbone pour l’agriculture : quels sont les enjeux ?

Si le Label bas-carbone concerne de nombreux domaines (bâtiment, transports, secteur marin, forêt...), il s’intéresse tout particulièrement au secteur agricole. Pourquoi ? Parce qu'il est un acteur central de la transition bas carbone et, plus globalement, de la lutte contre le réchauffement climatique. En effet, l’agriculture présente un potentiel important de :

  • Réduction d’émissions de gaz à effet de serre ;
  • Séquestration carbone.

Réduire les émissions de gaz à effet de serre du secteur agricole

En 2019, l’agriculture a émis 19 % des gaz à effet de serre de la France1. Le secteur apparaît comme le deuxième poste d’émissions national. Il dispose cependant d’une particularité : contrairement aux autres secteurs (transports, bâtiment, industrie...), ses émissions de GES ne sont pas seulement dues à la consommation d’énergies fossiles (utilisées pour les engins agricoles, par exemple). Elles proviennent aussi d'autres sources, telles que :

  • L’élevage (les déjections animales émettent du méthane, par exemple) ;
  • La culture des sols (l’épandage de fertilisants minéraux est responsable d’émissions de protoxyde d’azote).

Outre l’utilisation d’énergie bas carbone dans l’exploitation, la réduction de GES du secteur agricole repose sur le développement de nouvelles pratiques : utiliser des fertilisants organiques, produire plus de protéines végétales....

S’appuyer sur le potentiel de stockage carbone de l’agriculture

Le Label bas-carbone s’attache tout particulièrement au secteur agricole, car il dispose d’une autre caractéristique : son potentiel de séquestration carbone est conséquent. En effet, de nombreux éléments de la nature (bois, haies, sols...) ont la capacité de stocker le CO2. On les appelle d’ailleurs « puits de carbone ».  L’agriculture dispose donc de nombreuses ressources pour séquestrer le CO2, principal responsable du réchauffement climatique.

Label bas-carbone pour le secteur agricole : comment ça marche ?

Plus qu’une récompense, le Label bas-carbone offre un cadre aux agriculteurs souhaitant s’engager dans une démarche de réduction de gaz à effet de serre ou de séquestration carbone. L’obtention du label s’effectue en différentes étapes (étude préalable, demande de labellisation, mise en œuvre du projet...), toujours dans le cadre d’une méthode basée sur :

  • Des critères généraux qui s’appliquent à tous les projets (mesurabilité, vérifiabilité...) ;
  • Des critères spécifiques, propres à chaque type de projet.

Cette méthode doit être approuvée par la Direction Générale de l’Énergie et du Climat (DGEC). Pour le secteur agricole, 6 méthodologies ont déjà été développées et mises en application, d’autres sont en cours d’élaboration.

Agriculture : 3 exemples de méthodes approuvées par le Label bas-carbone

Parmi les méthodes déjà approuvées par la DGEC, on peut notamment citer :

  • La réduction d’émissions en élevage bovins et grandes cultures ;
  • La gestion durable des haies ;
  • La plantation de vergers.

1. Réduction d’émissions en élevages bovins et grandes cultures

Appelée Carbon’Agri, cette méthode vise à comptabiliser les réductions d’émissions de gaz à effet de serre (GES) des exploitations agricoles d’élevages bovins ou de grandes cultures. Elle s’appuie sur la mise en place de différentes actions d’atténuation des émissions de GES ou de séquestration carbone. Quelques exemples :

  • Baisse des consommations énergétiques de l’exploitation ;
  • Stockage de carbone dans le sol ou la biomasse ;
  • Nouvelles pratiques de fertilisation (azotée organique et/ou minérale) ;
  • Optimisation de l’alimentation des animaux...

2. Gestion durable des haies

Développée par la Chambre d’agriculture des Pays-de-la-Loire, la méthode « Haies » vise à favoriser la plantation et la gestion durable des haies bocagères. Ces dernières offrent, en effet, un fort potentiel de stockage du carbone. Outre la séquestration carbone, cette méthode permet également de valoriser les réductions d’émission de l'empreinte carbone des agriculteurs qui substituent leurs utilisations d’énergie fossile par le bois.

3. Plantation de vergers

La méthode « Plantation de vergers » concerne les exploitants agricoles souhaitant planter des vergers (fruits secs, fruits à pépins ou à noyaux) sur des terres initialement non utilisées pour cet usage (terres arables, terrains viticoles, prairies...). Cette méthode contribue ainsi à la séquestration carbone dans le sol et dans la biomasse des arbres.

FAQ

Quels sont les labels bas-carbone ?

Il existe plusieurs labels et standards bas-carbone dédiés à la compensation carbone volontaire à travers le monde, parmi lesquels : Label bas-carbone ; Gold Standard ; Verified Carbone Standard ; Global Carbon Council...

Comment obtenir le Label bas-carbone ?

L’obtention du Label bas-carbone s’effectue en plusieurs étapes : 1. Réalisation d’une étude préalable ; 2. Demande de labellisation ; 3. Attribution du label ; 4. Mise en œuvre du projet ; 5. Vérifications des réductions d’émissions (par un auditeur indépendant) ; 6. Demande de reconnaissance des réductions d’émissions (pour intégration au registre du Label bas-carbone).

Quels sont les labels bas-carbone ?

Il existe plusieurs labels et standards bas-carbone dédiés à la compensation carbone volontaire à travers le monde, parmi lesquels : Label bas-carbone ; Gold Standard ; Verified Carbone Standard ; Global Carbon Council...

Comment obtenir le Label bas-carbone ?

L’obtention du Label bas-carbone s’effectue en plusieurs étapes : 1. Réalisation d’une étude préalable ; 2. Demande de labellisation ; 3. Attribution du label ; 4. Mise en œuvre du projet ; 5. Vérifications des réductions d’émissions (par un auditeur indépendant) ; 6. Demande de reconnaissance des réductions d’émissions (pour intégration au registre du Label bas-carbone).

What’s a Rich Text element?

The rich text element allows you to create and format headings, paragraphs, blockquotes, images, and video all in one place instead of having to add and format them individually. Just double-click and easily create content.

Static and dynamic content editing

A rich text element can be used with static or dynamic content. For static content, just drop it into any page and begin editing. For dynamic content, add a rich text field to any collection and then connect a rich text element to that field in the settings panel. Voila!

How to customize formatting for each rich text

Headings, paragraphs, blockquotes, figures, images, and figure captions can all be styled after a class is added to the rich text element using the "When inside of" nested selector system.

Pour aller plus loin

Vous souhaitez faire des économies d'énergie ?
Inscrivez-vous à notre newsletter

Au programme : conseils pour vos économies d'énergie, sobriété énergétique, éco-gestes, actions concrètes et locales sur la transition énergétique dans les territoires …

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.
L'énergie est notre avenir, économisons-la
Alterna énergie
L'énergie est notre avenir, économisons-la
* écart moyen de -22% constaté à la date de souscription entre le prix du kWh HT du TRV (tarif réglementé de vente) et le prix du kWh HT de l'offre électricité verte 100% locale d’Alterna énergie.