Profitez de 50 € offerts* sur nos offres électricité verte avec le code 50BIENVENUE ! Cliquez sur ce bandeau pour en profiter

Qu’est-ce qu’une centrale biomasse ?

Quand on vous dit « biomasse » et « électricité » à quoi pensez-vous ? Sous ses faux airs de série télévisée japonaise des années 1980, la biomasse végétale permet de produire de l’énergie… puisée dans la flore. Joli symbole de la protection de l’environnement ! Et vive la transition énergétique 🎉.

Des plantes, du bois, des fleurs… Oui, bon, en y ajoutant les déjections animales, le portrait de la biomasse prend soudain des allures un peu moins bucoliques. On appelle « biomasse-énergie » l’ensemble des matières organiques d'origine végétale, animale, bactérienne ou fongique, utilisables comme source d'énergie. Une centrale biomasse valorise en effet les déchets organiques pour produire de l’énergie (électricité, gaz, chaleur ou encore carburant) via trois processus distincts.

De la biomasse à l’électricité : combustion, méthanisation ou cogénération

Le premier se nomme « combustion directe ». Ici, les matières organiques sont brûlées. Où ? Dans une chaudière. Le principe de combustion permet de dégager de la vapeur, qui à son tour fait tourner une turbine reliée à un alternateur pour produire… de l’électricité ! ⚡ Le deuxième procédé, la « méthanisation », fabrique du biogaz : les matières organiques sont entreposées dans un espace privé d’oxygène, elles se décomposent et… tadaaaaaam ! La fermentation libère du gaz made in transition énergétique. Ce type d'énergie peut être utilisé pour produire de la chaleur, pour fabriquer du carburant ou être transformé en électricité. Nous parlons de « cogénération » lorsque l’on combine la production de chaleur et d'électricité. Vous vous rendez compte de tout ce que l’on peut faire avec nos déchets dans une centrale biomasse ?

Biomasse végétale et animale : de quoi parle-t-on ?

Car oui, la biomasse utilisée provient idéalement de nos « poubelles » : déchets ménagers, résidus alimentaires, boues de stations d'épuration, papiers et cartons, fumier et lisier d’animaux… Il existe deux grandes familles : la biomasse végétale (comme… le bois par exemple !) et animale. L’impact carbone de la première est notamment limité grâce au mécanisme de « captation du CO2 ». En effet, le dioxyde de carbone émis par une centrale biomasse est en fait celui qui avait été ‘aspiré’ par les fleurs 🌼 pendant leur croissance. Le mieux, bien sûr, est que cette biomasse végétale soit renouvelée (ce qui peut prendre du temps, si on prend l’exemple du bois). Dans tous les cas, cela reste une bonne manière de valoriser nos déchets, sans recourir à des énergies fossiles ! Pour le plus grand plaisir de notre chère planète.

Énergies renouvelables : tour d’Europe des centrales biomasse-électricité

Si ce n’est pas en France, c’est tout de même en Europe que se trouve la plus puissante centrale de gazéification de biomasse au monde : en Finlande, à Vaasa. Elle produit de l'énergie grâce à du bois issu de la filière forestière finlandaise et du charbon pour approvisionner en électricité et en chauffage l’agglomération de près de 90 000 habitants. Plus au Sud, en Pologne, à Połaniec, se situe la plus grosse unité de production d’électricité d’origine biomasse au monde. Eh oui, nous sommes toujours en Europe ! 😉 Mise en service fin 2012, l'installation Green Unit est alimentée par un mix de déchets issus de l’arboriculture et de l’agriculture. La centrale fournit l’équivalent de la consommation d’électricité annuelle de 600 000 ménages et permet d’éviter 1,2 million de tonnes d’émissions de CO2 par an. Une bonne chose pour la protection de l'environnement. En France, la biomasse est la principale source d’énergie renouvelable, mais c’est surtout grâce au bois de chauffage. Si on se concentre sur les centrales biomasse-électricité, on en compte environ cinquante fonctionnant avec des ressources organiques. Et combien de projets dans les cartons ?

À lire aussi sur le sujet : « À la découverte des énergies renouvelables », « Comment les éoliennes produisent de l’électricité ? », « Comment l’énergie de l’eau est-elle transformée en électricité ? ».

Quand on vous dit « biomasse » et « électricité » à quoi pensez-vous ? Sous ses faux airs de série télévisée japonaise des années 1980, la biomasse végétale permet de produire de l’énergie… puisée dans la flore. Joli symbole de la protection de l’environnement ! Et vive la transition énergétique 🎉.

Des plantes, du bois, des fleurs… Oui, bon, en y ajoutant les déjections animales, le portrait de la biomasse prend soudain des allures un peu moins bucoliques. On appelle « biomasse-énergie » l’ensemble des matières organiques d'origine végétale, animale, bactérienne ou fongique, utilisables comme source d'énergie. Une centrale biomasse valorise en effet les déchets organiques pour produire de l’énergie (électricité, gaz, chaleur ou encore carburant) via trois processus distincts.

De la biomasse à l’électricité : combustion, méthanisation ou cogénération

Le premier se nomme « combustion directe ». Ici, les matières organiques sont brûlées. Où ? Dans une chaudière. Le principe de combustion permet de dégager de la vapeur, qui à son tour fait tourner une turbine reliée à un alternateur pour produire… de l’électricité ! ⚡ Le deuxième procédé, la « méthanisation », fabrique du biogaz : les matières organiques sont entreposées dans un espace privé d’oxygène, elles se décomposent et… tadaaaaaam ! La fermentation libère du gaz made in transition énergétique. Ce type d'énergie peut être utilisé pour produire de la chaleur, pour fabriquer du carburant ou être transformé en électricité. Nous parlons de « cogénération » lorsque l’on combine la production de chaleur et d'électricité. Vous vous rendez compte de tout ce que l’on peut faire avec nos déchets dans une centrale biomasse ?

Biomasse végétale et animale : de quoi parle-t-on ?

Car oui, la biomasse utilisée provient idéalement de nos « poubelles » : déchets ménagers, résidus alimentaires, boues de stations d'épuration, papiers et cartons, fumier et lisier d’animaux… Il existe deux grandes familles : la biomasse végétale (comme… le bois par exemple !) et animale. L’impact carbone de la première est notamment limité grâce au mécanisme de « captation du CO2 ». En effet, le dioxyde de carbone émis par une centrale biomasse est en fait celui qui avait été ‘aspiré’ par les fleurs 🌼 pendant leur croissance. Le mieux, bien sûr, est que cette biomasse végétale soit renouvelée (ce qui peut prendre du temps, si on prend l’exemple du bois). Dans tous les cas, cela reste une bonne manière de valoriser nos déchets, sans recourir à des énergies fossiles ! Pour le plus grand plaisir de notre chère planète.

Énergies renouvelables : tour d’Europe des centrales biomasse-électricité

Si ce n’est pas en France, c’est tout de même en Europe que se trouve la plus puissante centrale de gazéification de biomasse au monde : en Finlande, à Vaasa. Elle produit de l'énergie grâce à du bois issu de la filière forestière finlandaise et du charbon pour approvisionner en électricité et en chauffage l’agglomération de près de 90 000 habitants. Plus au Sud, en Pologne, à Połaniec, se situe la plus grosse unité de production d’électricité d’origine biomasse au monde. Eh oui, nous sommes toujours en Europe ! 😉 Mise en service fin 2012, l'installation Green Unit est alimentée par un mix de déchets issus de l’arboriculture et de l’agriculture. La centrale fournit l’équivalent de la consommation d’électricité annuelle de 600 000 ménages et permet d’éviter 1,2 million de tonnes d’émissions de CO2 par an. Une bonne chose pour la protection de l'environnement. En France, la biomasse est la principale source d’énergie renouvelable, mais c’est surtout grâce au bois de chauffage. Si on se concentre sur les centrales biomasse-électricité, on en compte environ cinquante fonctionnant avec des ressources organiques. Et combien de projets dans les cartons ?

À lire aussi sur le sujet : « À la découverte des énergies renouvelables », « Comment les éoliennes produisent de l’électricité ? », « Comment l’énergie de l’eau est-elle transformée en électricité ? ».

Articles récents

Voir tous les articles