HomeBlog RésidentsSobriété énergétique et économies d'énergieEco gestes du quoditien

Vermicompostage : le guide complet pour réussir son compost !

À l’heure où nous tentons de réduire nos déchets, le vermicompostage apparaît comme une solution intéressante pour valoriser les déchets organiques qui composent 40 à 60 % de notre poubelle d’ordure ménagère1. Alors, comment produire son vermicompost ? Alterna énergie vous guide pour vous lancer dans le vermicompostage à la maison.

Qu’est-ce que le vermicompostage ?

Comment faire du vermicompostage à la maison ?

Vous souhaitez vous lancer dans l’aventure du vermicompostage chez vous ? Suivez le guide en 5 étapes :  

  1. Choisir ou fabriquer une vermicompostière ou lombricomposteur ;  
  1. Bien placer la vermicompostière ;  
  1. Démarrer le vermicompostage ;  
  1. Ajouter des déchets ;
  1. Surveiller son vermicompost ;
  1. Récolter le vermicompost et le percolat ;

Étape 1 - Choisir ou fabriquer une vermicompostière

Pour commencer le vermicompostage, il vous faut d’abord une vermicompostière, à savoir un contenant dédié à votre production de compost. Il existe de nombreux modèles de lombricomposteur sur le marché. Votre choix peut s’effectuer en fonction de la place disponible chez vous, du prix et du type de système (horizontal, vertical, nombre de compartiments…). Généralement, les modèles verticaux à plusieurs compartiments sont privilégiés : pratiques, ils ont aussi l’avantage de ne pas prendre trop de place. Si vous aimez les travaux manuels, vous pouvez aussi fabriquer vous-même votre vermicompostière.  

Fabriquer une vermicompostière en 5 étapes

Pour fabriquer votre lombricomposteur, vous pouvez vous munir de 3 bacs en plastique :

  1. Si les bacs disposent de trous en guise de poignets, comblez-les avec un adhésif noir et résistant.  
  1. Sur le fond de 2 des bacs, percez des trous de drainage, tous les 2 cm environ : ces trous permettent d’aérer le compost et d’évacuer le jus qu’il contient.  
  1. À l’avant du dernier bac, percez un trou pour permettre la mise en place d’un robinet, qui servira à extraire le percolat (le jus issu du lombricompost).  
  1. Empilez les bacs (celui avec le robinet doit se trouver tout en dessous) et disposez un couvercle sur le bac du dessus.  

Étape 2 - Bien placer le lombricomposteur

L’emplacement de la vermicompostière est importante pour assurer le bon déroulement du processus. Les paramètres à prendre en compte pour l’emplacement sont les suivants :  

  • La température : comme de nombreux êtres vivants, les vers sont sensibles au froid et aux fortes chaleurs. Le lombricomposteur doit être protégé du gel en hiver, mais peut parfaitement être placé sur un balcon le reste de l’année.  
  • L’humidité :  le système implique un juste niveau d’humidité. Protégez le lombricomposteur de la pluie et assurez-vous que le compost ne sèche pas.  
  • L’aération : comme le processus implique la présence d’oxygène, votre vermicompostière doit être installé dans un endroit bien aéré. Cela permettra par ailleurs de limiter les problématiques de mauvaises odeurs.  

  • La lumière :  les vers ne supportent pas la lumière et se préfèrent dans les endroits bien sombres. Assurez-vous de bien les protéger des expositions au soleil.  
  • Le bruit : là encore, essayez de faire en sorte de placer le lombricomposteur dans un endroit calme, car le bruit et les vibrations pourraient déranger les vers.

Étape 3 - Démarrer le vermicompostage  

Maintenant que vous avez installé votre lombricomposteur, vous pouvez vous lancer dans le cœur du processus. Pour cela, vous devez vous procurer des vers et mettre en place une litière.  

Trouver des vers

Les vers utilisés dans le cadre du vermicompostage ne sont pas des vers du jardin. Il faut utiliser des vers spécifiques Eisenia foetida (qui raffolent des matières en décomposition) et/ou Eisenia andreï (qui aiment la matière organique bien fraîche). L’idéal étant d’allier les deux espèces. Pour vous en procurer, le plus simple est de vous adresser à une personne qui pratique le vermicompostage (et qui pourra vous en fournir). Vous pouvez sinon en acheter sur internet ou dans une jardinerie.  

Mettre en place la litière

La litière est impérative, car elle constitue le lieu de vie des vers.  Pour assurer leur rôle, ils doivent donc s’y sentir bien. La litière doit permettre de maintenir l’humidité tout en assurant une bonne aération dans le lombricomposteur. Pour la fabriquer, vous pouvez mélanger :

  • des papiers journaux, du carton, des boîtes à œufs (déchirés en petits morceaux) ;  
  • un peu de terreau ;
  • une poignée de sable ;  
  • un peu d’eau (mais pas trop, l’idée est juste d’humidifier la litière).  

Votre litière doit faire minimum 10 cm d’épaisseur et doit être placée dans le bac perforé situé au-dessus de celui vous permettant de récolter le percolat. Vous pouvez ensuite ajouter les vers. Pendant 10 à 15 jours, les vers vont s’acclimater à leur nouvel environnement et commencer à se reproduire : il ne faut pas alimenter votre lombricomposteur pendant cette période.  

Étape 4 - Ajouter des déchets  

Une fois que la période d’acclimatation est terminée, vous pouvez commencer à ajouter vos déchets organiques. Dans un premier temps, ces derniers doivent être stockés dans un récipient fermé (boîte hermétique, poubelle à couvercle…) : cela vous permet de cumuler vos déchets sans avoir à aller à la vermicompostière à chaque fois et d’entamer leur dégradation.  

Que mettre dans le lombricomposteur ?  

Vous pouvez déposer vos déchets de cuisine (ils doivent être biodégradables et d’origine végétale), comme  :  

  • les épluchures de nombreux fruits et légumes ;  
  • les feuilles de thé ;  
  • le marc de café…

En revanche, ne déposez pas les déchets suivants dans votre vermicompostière :  

  • la viande ;  
  • les produits laitiers ;  
  • les agrumes ;  
  • l’ail ;
  • l’oignon ;  
  • les poireaux ;  
  • les restes de plats épicés ou salés.

Au début du processus, allez-y progressivement. Au fur et à mesure du temps, vous pourrez augmenter les quantités de déchets ajoutés au dispositif.  

Étape 5 - Surveiller le vermicompost  

Une fois que le processus est lancé, la surveillance du vermicompost est indispensable :  

  • Assurez-vous que le compost est toujours bien humide. Si nécessaire, pulvérisez un peu d’eau lorsque le compost est sec.  
  • Ajoutez régulièrement de la litière pour la renouveler et éviter l’apparition de petits moucherons.  
  • Vérifiez souvent que la lumière ne pénètre pas le lombricomposteur.
  • L’hiver, placez une protection sur le lombricomposteur pour éviter le gel ou mettez-le dans un endroit moins exposé au froid.  

Aussi, lorsque le bac est plein, vous pouvez démarrer un nouveau vermicompostage dans le bac situé au-dessus. Les vers vont migrer vers ce deuxième espace naturellement, sans que vous ayez à intervenir.  

Étape 6 - Récolter le vermicompost et le percolat

Au bout de 2 ou 3 mois (cela dépend des conditions de température, d’humidité…), la litière s’est décomposée pour laisser place à du vermicompost et à du percolat.  

Comment récolter le vermicompost ?  

Avec sa couleur marron foncé et sa texture grumeleuse, le vermicompost est un mélange entre de la matière organique décomposé et des déjections de vers. Pour le récupérer, sans les vers, poussez-le sur la moitié du bac et installez une nouvelle litière sur l’autre moitié : les vers seront attirés par la nourriture déposée de ce côté et quitteront ainsi le vermicompost.  Attendez environ 3 semaines avec de récolter le lombricompost.  

Comment récolter le percolat ?  

Autre élément obtenu grâce au dispositif : le percolat (parfois appelé “thé de vert” ou “lombrithé”). Ce surplus de liquide produit par le vermicompostage se récolte dans le bac du dessous (grâce au robinet installé sur le lombricomposteur).  

Que faire avec le vermicompost et le percolat ?

Le vermicompost et le percolat vous permettent ensuite de jardiner de façon économique, tout en préservant la biodiversité. Pour utiliser les produits issus du vermicompostage, voici quelques recommandations.  

L’utilisation du vermicompost  

Dans les 6 mois maximum qui suivent la récolte, vous pouvez utiliser le vermicompost de différentes manières. Mélangé à de la terre (1 part de compost pour 3 parts de terre), il peut vous servir d’engrais pour :  

  • le rempotage de vos plantes (semis, plantes d’intérieur…) ;
  • la pelouse et le potager ;  
  • les jardinières ;
  • les massifs floraux ;
  • la plantation d’arbre ;
  • la plantation de fruits et de légumes.  

L’utilisation du percolat

Le percolat est un engrais liquide très concentré. Pour l’utiliser, vous devez le diluer : 1 part de percolat pour 10 parts d’eau. Vous pouvez ensuite vous en servir pour alimenter vos plantes d’intérieur ou dans le jardin.  

FAQ

Qu'est-ce que le vermicompostage ?

Le vermicompostage, aussi appelé lombricompostage, est une technique visant à fabriquer du compost à partir des lombrics. Il permet de réutiliser les déchets organiques du ménage pour créer un fertilisant naturel pour les plantations.

Comment fabriquer une vermicompostière ?

Il est possible de fabriquer soi-même une vermicompostière, avec 3 bacs en plastique. Si les bacs ont des poignets, comblez-les avec de l’adhésif noir, par exemple. Percez des trous, tous les 2 cm environ, sur le fond de 2 bacs pour permettre l’aération du compost et l’évacuation du jus. Percez un trou sur le dernier bac (qui sera tout en dessous) pour mettre en place un robinet qui servira à extraire le jus du lombricomposteur. Empilez les bacs et disposez un couvercle.

Qu'est-ce que le vermicompostage ?

Le vermicompostage, aussi appelé lombricompostage, est une technique visant à fabriquer du compost à partir des lombrics. Il permet de réutiliser les déchets organiques du ménage pour créer un fertilisant naturel pour les plantations.

Comment fabriquer une vermicompostière ?

Il est possible de fabriquer soi-même une vermicompostière, avec 3 bacs en plastique. Si les bacs ont des poignets, comblez-les avec de l’adhésif noir, par exemple. Percez des trous, tous les 2 cm environ, sur le fond de 2 bacs pour permettre l’aération du compost et l’évacuation du jus. Percez un trou sur le dernier bac (qui sera tout en dessous) pour mettre en place un robinet qui servira à extraire le jus du lombricomposteur. Empilez les bacs et disposez un couvercle.

What’s a Rich Text element?

The rich text element allows you to create and format headings, paragraphs, blockquotes, images, and video all in one place instead of having to add and format them individually. Just double-click and easily create content.

Static and dynamic content editing

A rich text element can be used with static or dynamic content. For static content, just drop it into any page and begin editing. For dynamic content, add a rich text field to any collection and then connect a rich text element to that field in the settings panel. Voila!

How to customize formatting for each rich text

Headings, paragraphs, blockquotes, figures, images, and figure captions can all be styled after a class is added to the rich text element using the "When inside of" nested selector system.

Sources

Pour aller plus loin

Vous souhaitez faire des économies d'énergie ?
Inscrivez-vous à notre newsletter

Au programme : conseils pour vos économies d'énergie, sobriété énergétique, éco-gestes, actions concrètes et locales sur la transition énergétique dans les territoires …

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.
L'énergie est notre avenir, économisons-la
Alterna énergie
L'énergie est notre avenir, économisons-la
* écart moyen de -22% constaté à la date de souscription entre le prix du kWh HT du TRV (tarif réglementé de vente) et le prix du kWh HT de l'offre électricité verte 100% locale d’Alterna énergie.