Profitez de 50 € offerts* sur nos offres électricité verte avec le code 50BIENVENUE ! Cliquez sur ce bandeau pour en profiter

Autoconsommation : installer des panneaux solaires en 5 étapes

L’autoconsommation photovoltaïque à la maison, c’est pour bientôt ? Un peu d’appréhension ? Pas de panique ! Laissez-vous guider par notre checklist pour une installation solaire réussie.

Étape numéro 1 : évaluer vos besoins énergétiques pour le photovoltaïque

Avant de commencer la liste de courses des travaux d’autoconsommation solaire, calculer la quantité de kilowattheures (kWh) que vous consommez. Sinon, comment connaître le nombre de panneaux photovoltaïques à commander ? Ce serait dommage de devoir faire un choix entre allumer la lumière de la cuisine ou celle de la salle de bain 💡.

En ligne, avec un simulateur

Il est possible d’évaluer vos besoins en électricité en réalisant une simulation en ligne sur le site du gouvernement. (https://calculettes.energie-info.fr/). Cela vous aidera à savoir combien de panneaux acheter.

Avec votre fournisseur

Pour connaître vos besoins énergétiques, n’hésitez pas à contacter votre fournisseur en électricité. Il sera à même de répondre à vos questions. Et, qui sait, peut-être pourra-t-il vous orienter vers un service dédié à l’accompagnement de projets d’autoconsommation solaire !  

À noter : bien sûr, si vous ne tenez pas à tout prix à être 100 % indépendant, vous pouvez toujours bénéficier de l’électricité « classique » en parallèle (dans le jargon, on parle « d’autoconsommation partielle ») !

Étape numéro 2 : se renseigner sur les aides financières pour l’autoconsommation

Entrer en autoconsommation solaire a un coût. Prévoyez un budget de 8 000 à 20 000 euros pour l’installation de panneaux photovoltaïques de 3 kWc à 9 kWc ainsi qu’un onduleur. C’est donc un véritable investissement. Alors, n’hésitez pas à partir à la pêche aux informations à propos des aides financières.

La vente de votre surplus d’électricité

Si vous ne consommez pas toute votre production énergétique, vous avez la possibilité de revendre le surplus sur le réseau national. Il y sera injecté automatiquement, contre rémunération. Traduction ? L’énergie d’origine solaire que vous générez pourrait bien servir à faire rôtir le poulet des voisins 🍗 et, en passant, vous faire gagner quelques euros.

Les tarifs au  1er janvier 2022

L’arrêté du 6 octobre 2021 fixe les conditions d'achat de l'électricité produite par les installations implantées sur bâtiment, hangar ou ombrière utilisant l'énergie solaire photovoltaïque, d'une puissance crête installée inférieure ou égale à 500 kilowatts.

La prime à l’autoconsommation solaire

Vous pouvez demander la prime à l’autoconsommation. Pour en bénéficier, il faut avoir opté pour l’autoconsommation partielle avec injection de votre surplus de production, et vos panneaux, doivent, au choix (une seule case à cocher !) :

  • être parallèles à votre toiture 
  • être installés sur une toiture plate
  • remplir une fonction d’allège, de bardage, de brise-soleil, de garde-corps, d’ombrière, de pergolas ou de mur-rideau.

Le montant de la prime dépend de la puissance de vos panneaux photovoltaïques. Il varie de 390 €/kWc pour une installation inférieure ou égale à 3 kWc jusqu’à 90 €/kWc pour une installation d’une puissance comprise entre 36 et 100 kWc.

Les autres aides

Il existe de nombreuses aides financières liées aux travaux d’autoconsommation solaire. Renseignez-vous auprès de votre ville, de votre département ou de votre région.  

Profitez également de la TVA « panneaux solaires » à 10 % sur la facture d’installation de panneaux photovoltaïques, à condition de recourir aux services d’un professionnel.  

Vos revenus sont plutôt faibles ? L’Anah (l’Agence nationale de l’habitat) peut vous aider avec sa prime énergie. Vérifiez votre éligibilité !

Étape numéro 3 : s’occuper de l’administratif

La paperasse et vous ça fait deux… Aïe aïe aïe : pour entrer en autoconsommation solaire 🌞 à la maison, il va falloir oublier la procrastination administrative.  

Obtenir l’autorisation pour installer vos panneaux

La première chose à faire avant d’acheter votre installation photovoltaïque est de demander une déclaration préalable de travaux auprès de votre mairie.  Selon votre localité, votre logement, votre terrain et l’installation photovoltaïque envisagée, les modalités de demande diffèrent. Attention, si vos panneaux solaires sont posés au sol, et qu’ils mesurent plus d’1,8 mètre de haut ou que leur puissance est supérieure à 3 kWc, un permis de construire pourrait être demandé. Rapprochez-vous de votre municipalité pour plus d’informations.  

Protéger votre installation solaire

Contactez votre assurance habitation dès que vous décidez d’installer des panneaux solaires. Elle aura sûrement de nouvelles options à vous proposer et cela pourrait avoir un impact sur le montant de votre cotisation.  

Étape numéro 4 : se motiver de nouveau pour l’administratif

Vous pensiez en avoir fini avec la paperasse ? Malheureusement, il va falloir accomplir encore quelques efforts, ne serait-ce que pour vous raccorder au réseau et faire certifier vos panneaux.

Demander votre raccordement au réseau

N’oubliez pas de demander le raccordement de votre installation photovoltaïque au réseau… Sinon bye bye 👋 l’injection de votre surplus de production d’énergie solaire ! Sollicitez ce contrat d’accès au réseau et d’exploitation auprès d’Enedis ou du gestionnaire de distribution local (comme SRD par exemple dans la Vienne). (Ici : https://connect-racco.enedis.fr/prac-internet/login/) Attention, vous devrez fournir des informations sur le matériel choisi, la puissance de raccordement et transmettre des documents comme l’autorisation administrative.  

Faire certifier conforme votre installation solaire par le Consuel

Votre système d’autoconsommation est connecté directement au tableau électrique et vous vendez le surplus de production ? Vous avez l’obligation de faire certifier votre installation de panneaux photovoltaïques par un organisme : le Consuel.

Étape numéro 5 : votre kit solaire autoconsommation

Pas envie de passer vos congés à installer vos panneaux ? Alors, faites appel à un prestataire RGE (artisans, indépendants ou en réseau). Si vous vous êtes fixé le challenge personnel de tout faire seul, nous vous conseillons de jeter un œil aux kits solaire autoconsommation (vous recevrez l’équipement complet). Dans tous les cas, voici la liste du matériel à prévoir pour les travaux :

  • Les panneaux photovoltaïques : tout dépend de votre budget, de vos principes écologiques, de la puissance et de la durée de vie recherchée... Vous ne jurez que par le « Made In France » 🇫🇷 ? Il existe des fabricants tricolores.
  • Les fixations des panneaux solaires : conditions essentielles d’un bon maintien en toute sécurité !
  • Des câbles : pour raccorder les panneaux entre eux et les relier aux autres composants.
  • L’onduleur : il convertit le courant continu produit par les panneaux photovoltaïques en courant alternatif. L’énergie verte devient donc consommable à la maison !
  • Le panneau de distribution électrique : il assure la jonction entre le réseau public d'électricité et les circuits électriques de l’habitation.
  • Le régulateur de charge : il contrôle le courant délivré par les panneaux. Il peut être intégré à l’onduleur.
  • Le branchement des panneaux solaires : pour les connecter à votre circuit électrique.
  • Le boîtier de suivi de production : il permet de… suivre votre production (quel suspense !)
  • Un système de supervision : pour contrôler le bon fonctionnement de votre installation d’autoconsommation.

Bonne nouvelle : l’installation dure en moyenne entre 2 et 7 jours et elle commence une fois les délais administratifs passés. Vous pourrez bientôt dire « ouf ». Bienvenue dans le monde de l’autoconsommation photovoltaïque !

À lire aussi sur le sujet : « Panneaux solaires en autoconsommation : l’engagement de Benoit Saux » et « Rénovation énergétique : bye bye les chaudières fioul ».

L’autoconsommation photovoltaïque à la maison, c’est pour bientôt ? Un peu d’appréhension ? Pas de panique ! Laissez-vous guider par notre checklist pour une installation solaire réussie.

Étape numéro 1 : évaluer vos besoins énergétiques pour le photovoltaïque

Avant de commencer la liste de courses des travaux d’autoconsommation solaire, calculer la quantité de kilowattheures (kWh) que vous consommez. Sinon, comment connaître le nombre de panneaux photovoltaïques à commander ? Ce serait dommage de devoir faire un choix entre allumer la lumière de la cuisine ou celle de la salle de bain 💡.

En ligne, avec un simulateur

Il est possible d’évaluer vos besoins en électricité en réalisant une simulation en ligne sur le site du gouvernement. (https://calculettes.energie-info.fr/). Cela vous aidera à savoir combien de panneaux acheter.

Avec votre fournisseur

Pour connaître vos besoins énergétiques, n’hésitez pas à contacter votre fournisseur en électricité. Il sera à même de répondre à vos questions. Et, qui sait, peut-être pourra-t-il vous orienter vers un service dédié à l’accompagnement de projets d’autoconsommation solaire !  

À noter : bien sûr, si vous ne tenez pas à tout prix à être 100 % indépendant, vous pouvez toujours bénéficier de l’électricité « classique » en parallèle (dans le jargon, on parle « d’autoconsommation partielle ») !

Étape numéro 2 : se renseigner sur les aides financières pour l’autoconsommation

Entrer en autoconsommation solaire a un coût. Prévoyez un budget de 8 000 à 20 000 euros pour l’installation de panneaux photovoltaïques de 3 kWc à 9 kWc ainsi qu’un onduleur. C’est donc un véritable investissement. Alors, n’hésitez pas à partir à la pêche aux informations à propos des aides financières.

La vente de votre surplus d’électricité

Si vous ne consommez pas toute votre production énergétique, vous avez la possibilité de revendre le surplus sur le réseau national. Il y sera injecté automatiquement, contre rémunération. Traduction ? L’énergie d’origine solaire que vous générez pourrait bien servir à faire rôtir le poulet des voisins 🍗 et, en passant, vous faire gagner quelques euros.

Les tarifs au  1er janvier 2022

L’arrêté du 6 octobre 2021 fixe les conditions d'achat de l'électricité produite par les installations implantées sur bâtiment, hangar ou ombrière utilisant l'énergie solaire photovoltaïque, d'une puissance crête installée inférieure ou égale à 500 kilowatts.

La prime à l’autoconsommation solaire

Vous pouvez demander la prime à l’autoconsommation. Pour en bénéficier, il faut avoir opté pour l’autoconsommation partielle avec injection de votre surplus de production, et vos panneaux, doivent, au choix (une seule case à cocher !) :

  • être parallèles à votre toiture 
  • être installés sur une toiture plate
  • remplir une fonction d’allège, de bardage, de brise-soleil, de garde-corps, d’ombrière, de pergolas ou de mur-rideau.

Le montant de la prime dépend de la puissance de vos panneaux photovoltaïques. Il varie de 390 €/kWc pour une installation inférieure ou égale à 3 kWc jusqu’à 90 €/kWc pour une installation d’une puissance comprise entre 36 et 100 kWc.

Les autres aides

Il existe de nombreuses aides financières liées aux travaux d’autoconsommation solaire. Renseignez-vous auprès de votre ville, de votre département ou de votre région.  

Profitez également de la TVA « panneaux solaires » à 10 % sur la facture d’installation de panneaux photovoltaïques, à condition de recourir aux services d’un professionnel.  

Vos revenus sont plutôt faibles ? L’Anah (l’Agence nationale de l’habitat) peut vous aider avec sa prime énergie. Vérifiez votre éligibilité !

Étape numéro 3 : s’occuper de l’administratif

La paperasse et vous ça fait deux… Aïe aïe aïe : pour entrer en autoconsommation solaire 🌞 à la maison, il va falloir oublier la procrastination administrative.  

Obtenir l’autorisation pour installer vos panneaux

La première chose à faire avant d’acheter votre installation photovoltaïque est de demander une déclaration préalable de travaux auprès de votre mairie.  Selon votre localité, votre logement, votre terrain et l’installation photovoltaïque envisagée, les modalités de demande diffèrent. Attention, si vos panneaux solaires sont posés au sol, et qu’ils mesurent plus d’1,8 mètre de haut ou que leur puissance est supérieure à 3 kWc, un permis de construire pourrait être demandé. Rapprochez-vous de votre municipalité pour plus d’informations.  

Protéger votre installation solaire

Contactez votre assurance habitation dès que vous décidez d’installer des panneaux solaires. Elle aura sûrement de nouvelles options à vous proposer et cela pourrait avoir un impact sur le montant de votre cotisation.  

Étape numéro 4 : se motiver de nouveau pour l’administratif

Vous pensiez en avoir fini avec la paperasse ? Malheureusement, il va falloir accomplir encore quelques efforts, ne serait-ce que pour vous raccorder au réseau et faire certifier vos panneaux.

Demander votre raccordement au réseau

N’oubliez pas de demander le raccordement de votre installation photovoltaïque au réseau… Sinon bye bye 👋 l’injection de votre surplus de production d’énergie solaire ! Sollicitez ce contrat d’accès au réseau et d’exploitation auprès d’Enedis ou du gestionnaire de distribution local (comme SRD par exemple dans la Vienne). (Ici : https://connect-racco.enedis.fr/prac-internet/login/) Attention, vous devrez fournir des informations sur le matériel choisi, la puissance de raccordement et transmettre des documents comme l’autorisation administrative.  

Faire certifier conforme votre installation solaire par le Consuel

Votre système d’autoconsommation est connecté directement au tableau électrique et vous vendez le surplus de production ? Vous avez l’obligation de faire certifier votre installation de panneaux photovoltaïques par un organisme : le Consuel.

Étape numéro 5 : votre kit solaire autoconsommation

Pas envie de passer vos congés à installer vos panneaux ? Alors, faites appel à un prestataire RGE (artisans, indépendants ou en réseau). Si vous vous êtes fixé le challenge personnel de tout faire seul, nous vous conseillons de jeter un œil aux kits solaire autoconsommation (vous recevrez l’équipement complet). Dans tous les cas, voici la liste du matériel à prévoir pour les travaux :

  • Les panneaux photovoltaïques : tout dépend de votre budget, de vos principes écologiques, de la puissance et de la durée de vie recherchée... Vous ne jurez que par le « Made In France » 🇫🇷 ? Il existe des fabricants tricolores.
  • Les fixations des panneaux solaires : conditions essentielles d’un bon maintien en toute sécurité !
  • Des câbles : pour raccorder les panneaux entre eux et les relier aux autres composants.
  • L’onduleur : il convertit le courant continu produit par les panneaux photovoltaïques en courant alternatif. L’énergie verte devient donc consommable à la maison !
  • Le panneau de distribution électrique : il assure la jonction entre le réseau public d'électricité et les circuits électriques de l’habitation.
  • Le régulateur de charge : il contrôle le courant délivré par les panneaux. Il peut être intégré à l’onduleur.
  • Le branchement des panneaux solaires : pour les connecter à votre circuit électrique.
  • Le boîtier de suivi de production : il permet de… suivre votre production (quel suspense !)
  • Un système de supervision : pour contrôler le bon fonctionnement de votre installation d’autoconsommation.

Bonne nouvelle : l’installation dure en moyenne entre 2 et 7 jours et elle commence une fois les délais administratifs passés. Vous pourrez bientôt dire « ouf ». Bienvenue dans le monde de l’autoconsommation photovoltaïque !

À lire aussi sur le sujet : « Panneaux solaires en autoconsommation : l’engagement de Benoit Saux » et « Rénovation énergétique : bye bye les chaudières fioul ».

Articles récents

Voir tous les articles