HomeBlog RésidentsSobriété énergétique et économies d'énergieParlons carbone

Quel est le bilan carbone d’une maison individuelle ?

Le bilan carbone d’une maison individuelle est un calcul qui permet d’estimer toutes les émissions de gaz à effet de serre, directes et indirectes, induites par toutes les étapes de son cycle de vie (allant de sa construction à sa démolition). Dans cet article, Alterna énergie vous donne quelques astuces pour calculer le bilan carbone de votre logement et vous donne des conseils pour l’améliorer.

Comment calculer le bilan carbone d’une maison individuelle ?

Le bilan carbone d’une maison individuelle s’obtient en additionnant l’ensemble de ses émissions de gaz à effet de serre. Ces dernières sont générées à chaque étape de son cycle de vie, à savoir de sa construction à sa démolition, en passant par toute la période pendant laquelle elle est habitée. Plus la maison est éco-responsable et moins elle émet de gaz à effet de serre.

Le bilan carbone de la construction de la maison

Des émissions de gaz à effet de serre sont générées tout au long des étapes de construction d'une maison individuelle. Voici certains des éléments entrants dans le calcul de son bilan carbone :  

  • Matériaux de construction : la production des éléments et matériaux servant à bâtir la maison et leur provenance induisent des émissions de gaz à effet de serre. Concrètement, la production de ciment est très énergivore, tandis que la fabrication de matériaux durables est moins génératrice de CO2 (exemples : ossature en bois construite en France ou isolant écologique).  
  • Transport : tout au long du processus de construction de la maison, des transports sont utilisés (transport des matériaux, engins de chantier, déplacement des ouvriers...). Le bilan du transport dépend du type de carburant utilisé (souvent des combustibles fossiles : diesel, essence...) et de la distance parcourue.
  • Énergie utilisée pendant la construction : les différentes étapes de construction d’une maison nécessitent des machines, alimentées en énergie qui peut être d’origine fossile, et donc génératrice d’émissions de gaz à effet de serre.
  • Déchets de construction : lorsqu’ils sont envoyés en décharge, les déchets de construction génèrent eux aussi des émissions de CO2. Les éléments facilement recyclables ou réutilisables ont moins d’impact environnemental.  

Si vous vous apprêtez à construire votre habitation, il est préférable de vous orienter vers l’éco-construction, qui sert de base à la méthode RE 2020 (à savoir la réglementation environnementale, qui réunit toutes les normes applicables aux bâtiments neufs).

Un calcul simplifié pour estimer le bilan carbone de la construction de votre maison

En pratique, il est très complexe de calculer le bilan carbone de la construction d’un logement, puisqu’il faut comptabiliser des émissions indirectes, sur lesquelles nous n’avons pas de maîtrise.

Cependant, la Base Empreinte, proposée par l’Ademe (agence de la transition écologique), fait état de deux chiffres qui peuvent vous aider à l’estimer. Il faut compter :  

  • 425 kg éq. CO2/m² SHON (surface hors-œuvre nette) pour une maison individuelle traditionnelle ;  
  • 144 kg éq. CO2/m² SHON pour une maison éco-construite, en bois, en paille, en pierre ou en terre.  

En fonction des matériaux utilisés pour la construction, vous multipliez l’indicateur correspondant à la surface SHON de votre maison et vous obtiendrez une estimation des émissions générées à cette étape, en tonnes d’équivalent CO2.  

Exemples :  

  • Pour une maison individuelle de 200 m2 : environ 85 tonnes éq. CO2 (200 x 425 = 85 000) ;  
  • Pour une maison éco-construite en bois de 200 m2 : environ 29 tonnes éq. CO2 (200 x 144 = 28 800)

Le bilan carbone de l’utilisation de la maison

Pendant toute la période pendant laquelle vous vivez dans votre logement, certaines émissions de gaz à effet de serre sont à considérer. Elles proviennent principalement des consommations énergétiques.  

Les émissions de gaz à effet de serre liées au chauffage

L’impact environnemental de votre maison dépend notamment du mode de chauffage utilisé. Ainsi, les systèmes à énergie renouvelable sont beaucoup moins émetteurs de CO2 que ceux à énergie fossile (comme le gaz ou fioul, qui sont par ailleurs importés).

Système de chauffage utilisé Émissions de CO2 annuelles (en kg éq. CO2)
Pompe à chaleur 395
Poêle à granulés 564
Poêle à bois 920
Chauffage électrique 1 185
Réseau de chaleur 1 867
Chauffage au gaz 3 900
Chauffage au fioul 5 717

Source : ImpactCO2

Même chose pour la solution de production d’eau chaude sanitaire : les solutions les plus respectueuses de l’environnement (chauffe-eau thermodynamique, chauffe-eau solaire individuel...) ont moins d’impact que les solutions électriques ou à énergie fossile.  

Les émissions de gaz à effet de serre liées à l'électricité

Il est difficile d’estimer les émissions générées par la consommation d’électricité. En effet, si 92,2 % de l’électricité produite en France était décarbonée en 20231, certaines méthodes de production utilisent encore des énergies fossiles. De ce fait, sauf si vous autoconsommez l’électricité produite par vos panneaux photovoltaïques, il faut comptabiliser tous les usages suivants :  

  • Éclairage ;
  • Ventilation ;
  • Climatisation ;  
  • Appareils ménagers et électriques (réfrigérateur, lave-linge, sèche-linge, ordinateur...)...

L’efficacité énergétique, la durée d’utilisation et l’intensité d’usage de vos équipements ont également une influence sur le bilan carbone de la maison. De façon logique, sur toute leur durée de vie, les appareils les plus énergivores émettent plus de gaz à effet de serre.  

Pour aller plus loin :

Autoconsommation individuelle : ce qu’il faut savoir

Le bilan carbone de la démolition de la maison  

Les étapes liées à la démolition de votre habitation pèsent également sur son bilan carbone. Qu’il s’agisse de l’utilisation de machines de démolition (utilisant du carburant d’origine fossile), de l’élimination des déchets (qui doivent être transportés), en passant par le traitement et le recyclage de ces déchets, tous ces processus sont générateurs d’émissions de gaz à effet de serre.

Comment améliorer le bilan carbone de votre maison ?

Dans le cas où votre maison individuelle est déjà construite, voici quelques recommandations pour améliorer son bilan carbone pendant la période durant laquelle vous l’habitez :

  • Améliorer l’isolation thermique ;
  • Opter pour des solutions de chauffage à énergie renouvelable ;
  • Installer des solutions à énergie renouvelable ;
  • Remplacer vos équipements énergivores ;
  • Appliquer les éco-gestes ;
  • Choisir un fournisseur d’énergie verte ;
  • Planter des arbres ou participer à un projet de reforestation.

Améliorer l’isolation thermique

En améliorant l’isolation de votre maison, vous réduisez ses déperditions énergétiques. Le fait de renforcer l’isolation de sa toiture, de ses murs, du plancher bas ou de remplacer les fenêtres permet de limiter le recours au chauffage. Cela vous assure de diminuer les émissions de CO2 de votre logement.  

Opter pour des solutions de chauffage à énergie renouvelable

L’impact environnemental de votre mode de chauffage pèse sur le bilan carbone de votre maison. De ce fait, il est préférable d’utiliser des solutions à énergie renouvelable, moins émettrices de gaz à effet de serre pour le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire (pompe à chaleur, chauffage au bois, chauffe-eau thermodynamique, chauffe-eau solaire individuel...).  

Installer des panneaux photovoltaïques

En installant des panneaux solaires chez vous et en privilégiant l’autoconsommation, vous vous assurez aussi de réduire l’impact carbone de votre maison. En effet, l’électricité est produite sur place, sans émission de gaz à effet de serre, et vous limitez ainsi votre recours à l’électricité provenant du réseau public.

Remplacer vos équipements énergivores

En remplaçant vos anciens équipements par des appareils électroménagers écologiques, vous réduisez le bilan carbone de votre logement. L’éco-conception, l’efficacité énergétique et le niveau de réparabilité des appareils peuvent vous assurer une diminution des émissions de gaz à effet de serre.  

Appliquer les éco-gestes

S’ils permettent d’améliorer votre bilan carbone individuel, les éco-gestes sont aussi bénéfiques pour celui de votre maison. Pensez, par exemple, à :  

  • Éviter de surchauffer votre logement ;
  • Fermer les volets et rideaux les soirs d’hiver ;
  • Éteindre la lumière en quittant une pièce ;
  • Aérer les pièces 10 minutes par jour ;
  • Éteindre les appareils en veille ;
  • Privilégier les ampoules LED ;
  • Opter pour le mode Eco du lave-linge ou du sèche-linge ;
  • Choisir un fournisseur d’énergie verte...

Planter des arbres ou participer à un projet de reforestation

Les arbres ont la capacité de capter et stocker le CO2 : ils sont considérés comme des puits de carbone.  

Si planter quelques arbres dans votre jardin ne permet pas de compenser toutes les émissions de gaz à effet de serre générés par votre maison, il s’agit néanmoins d’une action symbolique, en faveur de l’environnement. Lorsque vous avez réduit autant que possible vos émissions, vous pouvez aussi participer à un projet de reforestation, auprès d’une association y œuvrant.  

En conclusion, vous l’aurez compris, il est très difficile de calculer le bilan carbone d’une maison et d’atteindre un bilan carbone neutre. Cependant, certaines décisions, actions et bonnes habitudes permettent de réduire les émissions de gaz à effet de serre générées par votre logement.

FAQ

Qu'est-ce qui émet du CO2 dans une maison ?

Dans une maison, de nombreux équipements et de multiples activités génèrent des émissions de CO2. C'est notamment le cas avec les matériaux de construction ou l’utilisation d’appareils de chauffage ou de production d’eau chaude sanitaire à énergie fossile, par exemple.

Comment calculer sa taxe carbone ?

Vous pouvez calculer votre taxe carbone grâce au simulateur proposé par Réseau Action Climat. La taxe carbone est une sorte de redevance, calculée sur le prix de la tonne de carbone (44,60 € en France). Elle s’applique sur le prix du gaz naturel, du fioul et des carburants d’origine fossile (essence, gazole...).

Qu'est-ce qui émet du CO2 dans une maison ?

Comment calculer sa taxe carbone ?

What’s a Rich Text element?

The rich text element allows you to create and format headings, paragraphs, blockquotes, images, and video all in one place instead of having to add and format them individually. Just double-click and easily create content.

Static and dynamic content editing

A rich text element can be used with static or dynamic content. For static content, just drop it into any page and begin editing. For dynamic content, add a rich text field to any collection and then connect a rich text element to that field in the settings panel. Voila!

How to customize formatting for each rich text

Headings, paragraphs, blockquotes, figures, images, and figure captions can all be styled after a class is added to the rich text element using the "When inside of" nested selector system.

Pour aller plus loin

Vous souhaitez faire des économies d'énergie ?
Inscrivez-vous à notre newsletter

Au programme : conseils pour vos économies d'énergie, sobriété énergétique, éco-gestes, actions concrètes et locales sur la transition énergétique dans les territoires …

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.
L'énergie est notre avenir, économisons-la
Alterna énergie
L'énergie est notre avenir, économisons-la
* écart moyen de :

-26% constaté à la date de souscription entre le prix du kWh HT du TRV (tarif réglementé de vente) et le prix du kWh HT de l'offre électricité verte 100% française d’Alterna énergie.

-22% constaté à la date de souscription entre le prix du kWh HT du TRV (tarif réglementé de vente) et le prix du kWh HT de l'offre électricité verte 100% locale d’Alterna énergie.